Bette à carde

Petite histoire

Le bette à carde, tout comme la betterave, est issue de l’espèce sauvage Beta vulgaris var. maritima, originaire des steppes désertiques de l’est du bassin méditerranéen, soit en Asie antérieure et en Asie centrale. Elle était déjà consommée par les Grecs et les Romains de l’Antiquité. Après une longue sélection, on a créé une lignée qui produisait davantage de feuillages que de racines. Ce légume feuille, qu’on appelle au Québec la bette à carde, est utilisé principalement en Amérique et en Europe. En France, il porte le nom de poirée ou de blette.

Valeur nutritive (100g)

2g protéines, 4g glucides, 20 calories, vitamines B1, B2, C, K et PP, 10 mg bêta-carotène, potassium, magnésium, calcium, fer soufre

On dit qu’elle est laxative, diurétique et émolliente.

Utilisation

On utilise la bette à carde principalement cuite car, consommée crue, elle est coriace et son goût est fort. On peut toutefois consommer ses jeunes feuilles en salade, en mélange avec d’autres légumes feuilles. Cuite, elle remplace bien l’épinard dans toutes les préparations où il figure. La bette à carde a l’avantage d’être disponible durant tout l’été car, contrairement à son cousin l’épinard, elle ne monte pas en graines sous l’effet de la chaleur.

Les Européens consomment la côte (le pétiole) et les feuilles (le limbe) séparément. Les Américains préparent le légume entier, sans distinction.

Tout comme la laitue et les épinards, la bette à carde a tendance à concentrer les nitrates. Les taux relevés en Europe dans la bette de culture industrielle dépassent souvent les 3000mg /kg avec des pointes atteignant les 6000mg /kg. Pour s’assurer de taux de nitrates acceptables, il faut éviter d’utiliser des fumiers jeunes ou des engrais azotés.

Avec sa généreuse permission : GAGNON, Yves. La culture écologique des plantes légumières. Les Éditions Colloïdales. 1998. p.26

« Retour aux légumes bio